Le Botox © est le plus connu, car il a été le premier à être utilisé à visée esthétique, puis ont suivi d’autres molécules neuromodulateurs comme le Dysport ou Nuceiva (fabriqué au Canada).

Historique du Botox :

D’abord utilisé dans les années 70 en ophtalmologie (traitement de la diplopie), c’est une femme médecin canadienne, Dre Jean Carruthers (ophtalmologiste) et son mari Alaster Carruthers (dermatologue), installés à Vancouver, qui décrivent les premiers les vertues esthétiques de cette protéine. Ils vont ensemble découvrir et démocratiser toutes les indications esthétiques qu’on connait si bien aujourd’hui.

Depuis son autorisation au Canada en 2001, puis aux Etats Unis en 2002, l’engouement et le développement des techniques à visées esthétique n’ont cessé d’augmenter. Après 30 ans d’utilisation et de recul, le Botox garde cette place de produit de référence dans le domaine, malgré son ancienneté.

D’ autres molécules que le Botox (Dysport © , Nuceiva ©) sont apparues sur le marché ces 15 dernières années. Elles ont chacunes leurs avantages, mais globalement leur fonctionnement, leur durée d’action et leur inocuité restent les mêmes.

Mécanisme d’action des Neuromodulateurs Botox Dysport Nuceiva :

Le vieillissement physiologique du muscle entraine son atrophie et une perte de son élasticité. Jusqu’à l’âge de 25 – 30 ans, ce phénomène est invisible, puis il se traduit progressivement par l’apparition de micro ridules, puis des rides et des plis, notamment dans la partie haute du visage : front, glabelle (ride du lion) et pattes d’oies.

La magie des neuromodulateurs réside dans leur propriété à relâcher les muscles, sur une durée prolongée, et ainsi entrainer l’atténuation voire la disparition complète des rides et des plis indésirables.

Les muscles racourcissent en viellissant

Action sur la synapse du Botox

Cet effet obtenu par un mécanisme de blocage de la libération d’acetylcholine par la synapse neuro-musculaire. Cela peut prendre entre 5 et 10 jours à apparaitre. L’effet va durer de 4 à 8 mois. La durée d’action dépend de chaque personne, mais aussi du nombre d’unités injectées. Il faut savoir que le tabac raccourcit cette durée d’action.

Une autre vertue des neuromodulateurs est le blocage neuroexocrine : il permet de stopper la sudation lorsqu’on l’injecte dans une glande sudoripare. Son application la plus classique est l‘hyperhidrose (hypersudation axillaire ou palmo-plantaire).

Exemples d’utilisations à visée esthétique Botox Dysport Nuceiva :

Les indications classiques des neuromodulateurs sont : le traitement des rides du front, de la glabelle et des pattes d’oies.

Mais bien d’autres indications sont apparues ces dernières années :

  • Lifting du sourcil (Brow lift) : la queue du sourcil peut être remontée afin d’ouvrir le regard
  • Sourire gingival ou Gummy smile : lorsque les gencives apparaissent lors du sourire
  • Les « Bunny lines » : rides obliques au niveau de la base du nez
  • Relever la pointe du nez : en injectant le muscle dépresseur du nez, on obtient son élévation de 5 à 10°
  • Création d’un sourire au repos : élévation des commissures de la bouche au repos
  • Aspect « peau d’orange du menton »
  • Cordes plastysmales : cordes verticales sur le cou dues à une hypercontraction du muscle platysma
  • Fines ridules péri-buccales : correction de l’état l’hypercontraction du muscle orbiculaire oral
  • Pli d’amertume : injection dans le muscle dépresseur de l’angle de la bouche et correction de son état d’hypercontraction
  • Le V shape : Injection dans les masseters. Certains patients ont un muscle masseter hypertrophique et trés visible, ce qui donne un aspect carré à la mâchoire. En injectant ce muscle avec 20 à 30 Unités, on entraine une atrophie du masseter et ainsi, on donne un aspect plus fin, en « V » à la partie basse du visage.

Exemples d’utilisations à visée médicale ou para-médicale :

  • Hypertranspiration (hyperhidrose) : en bloquant le signal vers les glandes de la transpiration sous les bras (glandes sudoripares), les paumes des mains, des pieds, ou le front, le problème d’hypersudation peut être traité.
  • Correction du bruxisme et du grinding : en relâchant l’hypercontraction des muscles masticateurs.
  • La Migraine : l’injection du front, des tempes , ou des cordes de tension cervicales (muscle trapèze) va entraîner un relâchement musculaire, accompagné dans 80% des cas d’une amélioration étonnante sur l’intensité et la fréquence des migraines et céphalées de tension.

Prendre Rendez-Vous

Follow by Email